This is my archive

Circuits-courts, vente directe, AMAP, on entend souvent parler de ces « nouveaux » modes de consommations qu’on dit plus vertueux, alternatifs, responsables … Mais au fond, nous sommes peu nombreux à savoir précisément ce qu’ils signifient. Pour nous aider à y voir plus clair, Alexandra Boumekkib, chargée de mission Circuits Courts à la Maison Paysanne de l’Aude est l’invitée de la chronique de l’association des producteurs Bio de l’Aude.

Retrouvez la liste des initiatives de circuits courts dans l’Aude recensés par Alexandra Boumekkib ici : https://ferme.yeswiki.net/circuitaude

Plus d’info sur : https://www.maisonpaysanneaude.fr/

Saviez-vous que les coûts logistiques peuvent peser 23% du chiffre d’affaires d’un agriculteur qui commercialise en circuit court ? (GABNOR, 2014)

Avec ce webinaire, vous verrez comment prendre en compte tous les aspects de la logistique liés à la commercialisation en circuits courts. Un cas pratique d’utilisation de www.logicout.fr vous permettra de mieux comprendre comment ce site gratuit peut vous servir d’outil de chiffrage et d’aide à la décision, dans le but d’optimiser votre logistique.

Un webinaire gratuit, destiné aux agriculteurs et agricultrices qui commercialisent en circuits courts et à leurs conseillers techniques.

Date & horaires : Mardi 30 janvier 2024 de 15h30 à 17h

Ce webinaire vous est proposé par : Bio 46, Bio 34, Bio-Ariège-Garonne, le GAB du Tarn et la FD CIVAM du Gard. Une action financée par la Région Occitanie et l’Agence de l’Eau Adour Garonne.

Le Guide bio de l’Aude, réalisé par le Biocivam 11, est un annuaire qui répertorie en premier lieu les producteurs et transformateurs bios, mais aussi les lieux de vente de leurs produits (marchés, foires, magasins), et les lieux d’accueil sur des fermes bios.

 

Diffusé gratuitement, il est disponible sous forme papier dans les offices de tourisme, auprès des distributeurs bio, sur les marchés et foires, chez les producteurs… ou en nous le demandant !

Guide de bonnes pratiques pour initier ou s’intégrer dans des filières locales

Les circuits courts alimentaires ne sont pas nouveaux en France mais sont en plein renouvellement depuis la fin des années 1990. Définis officiellement en 2009 comme des modes de vente mobilisant, au plus, un intermédiaire entre producteur et consommateur – quelle que soit la distance géographique -, ils restent surtout pensés pour les fruits et légumes. Leur renouveau, pourtant, concerne aussi les produits
transformés et le secteur des grandes cultures s’inscrit aujourd’hui dans ce mouvement. Longtemps structuré autour des filières longues, des procédés industriels et de l’agriculture intensive, ce secteur s’enrichit en effet de nouvelles filières de proximité, ancrées dans les territoires, valorisant la biodiversité et l’agroécologie: d’un côté, ces filières rapprochent producteurs, transformateurs et consommateurs d’un même territoire, d’une même région ; de l’autre, les produits qui en sont issus sont également souvent commercialisés en circuits courts dans d’autres territoires mais leur origine et leurs fabricants sont dans ce cas bien identifiés par les consommateurs.